Claire Lextray

Attachée de Presse - 1503290202 Responsable de communication

Spécialisée en culture et bien-être
Gestion de Bureau de presse pour tous types d'événements :

Relations presse tous médias : presse écrite - radio - TV – web et tous domaines : Culture - Société - Bien-être - Santé - Sport
Travailler dans deux domaines, culture et bien-être permet une transversalité, une vision plus approfondie et globale des projets.
A votre service, un carnet d’adresse pointu et diversifié avec une même attention donnée à tous les médias, qu'ils soient grand public ou alternatifs. Recherche de partenariats médias
Communication
Définition et mise en place de stratégies - positionnement - développement - Construction de réseaux
Relations publiques
Organisation d'événements

CULTURE > Albums - SEBASTIEN BERTRAND Grand Prix du disque de l'Académie Charles Cros 2016
1er album solo TRAVERSEES - Daqui Harmonia Mundi
SEBASTIEN BERTRAND
Grand Prix du disque de l'Académie Charles Cros 2016

de Beyrouth à l'Ile d'Yeu

 

Plus d'infos sur www.sebastien-bertrand.com

 

"Les musiques de cet album sont des musiques de l’intérieur, des musiques qui m’accompagnent depuis longtemps, elles étaient là comme des formes hésitantes, peureuses… J’ai pendant longtemps rassemblé pour ne pas jouer seul, pour ne pas risquer la simplicité du son...

J’ai enfin trouvé le temps, le courage, les respirations pour reprendre l’accordéon, mes accordéons et dire en chœur cette musique du ventre, celle qui résonne depuis des jours, des semaines, des années... pour me perdre, pour revenir à la source, seul avec mes accordéons, face à face, de visage à visage…

J’ai commencé un périple, une itinérance, de Beyrouth (Liban) aux Nuits Atypiques (33), de l’Ile de Tatihou (50) à Correns (83), de Pougne-Hérisson (79) à la Joussière (85) pour revenir à chaque fois dans le Marais Breton Vendéen et l’Ile d’Yeu (85)…

Petit à petit, les résonnances solitaires de mes accordéons se sont imposées, ont commencé à prendre du sens, de l’épaisseur. J’ai osé mes simplicités, entendre les ornementations, écrire mes poésies musicales… faire entendre de manière impromptue pour percevoir les réactions, les sensations…

J’ai souvent parlé de mon accordéon comme un passeport, un passeport pour circuler, dialoguer, exister… Je suis certain aujourd’hui que ce travail en « solo » a été l’occasion pour moi de tourner les pages de ce précieux sésame pour en contempler chaque souvenir, chaque tampon…

Un voyage à l’intérieur de mon propre voyage ". Sébastien Bertrand

 

 

Né au Liban, adopté en France à l’âge de neuf mois,  le musicien franco-libanais Sébastien Bertrand a grandi dans une famille de musiciens et de collecteurs du marais breton vendéen. Nourri des traditions musicales de sa terre d'adoption, il est reconnu comme un des grands noms des musiques traditionnelles, mais également comme un accordéoniste diatonique virtuose et des plus novateurs.

 

Après les créations collectives où il a associé divers genres: musiques traditionnelle, orientale, jazz, électro, hip hop, rock, théâtre, danse, cinéma ... il reprend ici le fil de son spectacle autobiographique écrit avec Yannick Jaulin "Chemin de la Belle Etoile".

 

Et c'est un album solo bouleversant qu'il nous offre, une musique puissante, innovante au son plein, respirant, vivant.

 

Compositeur et mélodiste talentueux,artiste généreux de l’instant et de la rencontre, il fait partager avec beaucoup de finesse et de subtilité ses pulsations intimes et ses voyages intérieurs entre Méditerranée et Atlantique.

D’un coup le temps s’arrête, le son vibrant de l’instrument nous happe, nous envahit et nous emmène loin du brouhaha … nous propulse au plus profond de nous-même, au cœur d'une émotion simple et vraie.

 

Ses musiques racontent sa vie, celle d'un homme touchant au destin singulier, entre deux pays et deux cultures.

Inspiré par son Liban natal,  Sébastien Bertrand évoque sa quête d'identité dans Bouchara, « Bonne Nouvelle », son nom d’emprunt attribué par l’orphelinat au Liban, Carnaval, écrit sur les toits de l’orphelinat à Beyrouth en écoutant la rue… "Aujourd’hui c’est carnaval- Nous mangeons Ket Ben Aye-Prendre le temps de respirer - Toutes ces odeurs du passé- Aujourd’hui je tombe le voile- Teint mat et cheveux frisés - Avec honneur et fierté- Plus peur d’être un étranger ...", Marche de Tatihou & Nuit à Beyrouth.

Son analyse de la marche du monde et ses convictions personnelles donnent du sens à sa musique, entrent en résonnance avec l'actualité : La Mazurka du Voyageur parle d'un voyage sans frontière, sans visa, du droit de partager la terre et de changer d’espace,Terre Gagnée (Maraîchine des Ecluses & Salicorne), de la fragilité d'un territoire gagné sur l’océan, La Fraternelle, de l'importance du collectif.

Il livre des moments d'intimité : La Tranquillité, un petit chemin près de l’océan…La Dorne, une maison qui l'a souvent accueilli ... le lien charnel entre une mère et son enfant, Basmati musique surprenante du dedans, du ventre de l’instrument…,Ile était, petite musique délicate, Devant Bordeaux, un hommage à toutes celles et ceux qui ont accepté de dire, de partager devant un micro ... Il nous entraîne dans la pulsation de danses renouvelées :Valse d’en Face, Le Temps, Suite du Cailloux... ou dans l'imaginaire splendide de Détournement, référence au « Chemin de la Détourne » où il a habité sur l'Ile d'Yeu et à la légende du voyageur qui, foulant une petite orchidée, en perd le sens de l’orientation, condamné à tourner en rond jusqu’à ce que quelqu’un vienne le délivrer : « On dit que les malicieux “fras”, petits hommes doués du pouvoir de faire ramollir les pierres auraient planté cette fleur »

 

Instrumentiste de grand talent, compositeur, explorateur du son, Sébastien Bertrand ouvre de nouveaux chemins musicaux

Sébastien Bertrand s’inscrit dans une démarche créative de compositeur. Ses mélodies et musiques, tout en prenant racine dans les traditions populaires : valse, maraichine, mazurka, marche, grand’danse, scottish ... s'en affranchissent,  déstructurant le rythme, échappant aux codes. Il a développé un jeu unique et inventif, reconnaissable à sa manière de faire sonner son instrument, à sa maîtrise du passage de l’air dans le soufflet. Son jeu au toucher léger et rapide, sa technique qui s’inspire des ornementations utilisées sur la veuze (cornemuse de l’ouest de la France), instrument dont il maîtrise également la pratique, ses nombreuses années passées à jouer en bal ... lui donnent une parfaite maîtrise technique, le sens de la rythmique et de la cadence, un jeu mélodique libre et fluide.

En véritable explorateur du son, il réalise un travail de recherche, un dialogue avec son instrument ponctué de sons et de souffles ; s'amuse avec différents registres, rythmes, doigtés, bourdons, vibratos, claquement de touches percussifs, tapements de pieds, et même mouvements du genou ... Il développe en studio avec son ingénieur du son Pascal Cacouault un travail d'expérimentation inédit qui permet d’élargir les possibles, les spectres, tout en préservant la matière première que constituent les mélodies et compositions : installation de capteurs sonores dans l’accordéon, ralentissement ou accélération du battement des anches, amplification du souffle et des bruits de clavier ...